Rhyolite, petite ville fantôme du Nevada

Mon dernier article date d’il y a un petit moment, mais ne vous inquiétez pas, j’ai encore plein de balades à vous partager ! Je continue sur les Etats-Unis, et vous embarque à Rhyolite aujourd’hui !

Si vous avez vu l’article sur The Salvation Mountain ou celui sur les vestiges de l’avion en Islande, vous savez que j’aime les balades atypiques et les choses abandonnées. Bien entendu, je suis donc fan des villes fantômes !!! C’était d’ailleurs une des choses que je voulais le plus faire aux Etats-Unis : voir certaines villes que je connaissais de nom depuis des années. 

Nous devions en voir trois, mais c’est finalement deux villes que j’ai pu visiter : Rhyolite & Goldfield, toutes deux dans le Nevada. Nous n’avons pas pu aller à Bodie (la plus célèbre), la ville étant fermée à cause de dégâts causés par la neige. M’éloigner des attractions touristiques ne me gêne jamais, donc me contenter de villes peu connues m’allait très bien.
Aujourd’hui je vous fais découvrir la première.

On the road baby, traversant la Death Valley.

Rhyolite, petite ville fantôme au milieu du désert

Peu après la célèbre Death Valley se trouve Rhyolite. Comme beaucoup de villes, Rhyolite a vu le jour grâce à la ruée vers l’or, en 1904, et a été délaissée à peine quatre années après ! Entre temps, elle aurait compté près de 8 000 habitants, elle avait une gare (derrière les grillages sur les photos), cinquante saloons, un opéra, et même une piscine !

Les habitants ont commencé à la quitter en 1908, jusqu’à ce que l’éclairage public soit officiellement coupé en 1910.

On ne sait pas exactement ce qui a causé le départ de tout le monde. Parmi les causes possibles se trouvent bien entendu l’or qui serait devenu plus rare, mais aussi le crack boursier ou un tremblement de terre…

L’ancienne gare de Rhyolite, encore entière.

Les quelques ruines que j’ai pu voir ne sont pas grand chose comparé au nombre de commerces qu’elle a pu compter à ses heures de gloire, et c’est peut-être ça qui me passionne dans les villes et objets abandonnés. Le contraste entre ce que j’ai sous les yeux, et ce que j’imagine de leur passé…  En tout cas, nous n’étions que quatre à l’arpenter cette après-midi là. C’était le calme absolu.

petit contraste : une voiture de sport qui traverse Rhyolite. Au fond, les ruines de la banque.

Beatty, petite ville délaissée

Juste après, nous sommes parti à Beatty, où nous avons passé la nuit. Cette ville est la dernière ville minière du coin à encore exister. Enfin, à moitié, c’est l’impression que j’en ai eu.
J’y ai flâné seule, à l’heure où le soleil descend dans le ciel et où les enfants jouent au vélo dans les ruelles. J’ai admiré la lumière du désert, mais aussi les vieilles devantures de Beatty… et j’ai découvert petit à petit que la moitié de la ville est elle aussi abandonnée. Il faut parfois regarder les portes (une chaîne cadenassée, c’est mauvais signe…) ou jeter un œil à travers les vitres, pour savoir si tel ou tel commerce est ouvert ou abandonné. Dans ces conditions, c’était compliqué de trouver un restaurant où manger ! J’en avais trouvé un charmant, avec le menu d’affiché et des tables juste devant, mais en épiant par la fenêtre, pas de doute, rien n’avait été cuisiné là depuis un moment. Nous avons donc mangé dans le seul restaurant ouvert de tout Beatty !
Même constat pour les motels, où seuls deux semblaient encore ouverts. Celui juste en face de là où nous logions était clairement abandonné.

Bien sûr, j’ai adoré l’ambiance. Cette escale à Beatty n’était pas prévue, mais tombait à pic juste après Rhyolite. D’ailleurs, le lendemain, je trépignais d’impatience : j’allais enfin visiter Goldfield. Ce sera un prochain article, et je vous préviens d’emblée : il y aura beaaaaaaaaucoup plus de bâtiments abandonnés ! et d’épaves de véhicules !

Sur la route le lendemain, peu après Beatty, quelques détails atypiques qui méritaient une photo.

Cette journée vous aurait plu ? Vous vous ennuyez dans les endroits comme ça, ou leur charme vous attire vous aussi ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire